Picassomania : tu quoque Cooper !

Serge Federbusch



Temps fort de la vie culturelle parisienne, l'exposition au Grand Palais sur la fortune critique de Picasso confirme, s'il en était besoin, qu'il fut l'artiste plasticien le plus prolifique de l'histoire et eut un talent égal à ceux de Rembrandt ou Léonard.

Alors qu'il était au faîte de la célébrité, adulé par tous, starisé au dernier degré et figurait, à titre individuel, parmi les 100 premiers exportateurs français, seule personne physique au milieu d'entreprises en tout genre, Pablo Picasso changea à nouveau de manière de peindre à l'approche de ses 90 ans.

Il y eut en 1970 cette magnifique exposition du Palais des papes et le flot de jugements laconiques et assassins qui s'ensuivirent. Citons Douglas Cooper, un homme au goût pourtant très sûr, parmi les premiers et plus ardents défenseurs du cubisme : "gribouillages incohérents exécutés par un vieillard frénétique dans l’antichambre de la mort" ! Susciter pareille condamnation à cet âge, voilà la preuve la plus éclatante d'un génie en constant renouvellement. En vérité, je vous le dis, avant que Picasso ait atteint cet âge canonique ses meilleurs amis l'avaient renié au moins trois fois ...

Picasso, constant dans son inspiration, déconstruisait avec méthode et opiniâtreté l'espace, notamment celui de la représentation du corps humain. Il fut pleinement l'artiste du vingtième siècle, quand fut théorisé la relativité des savoirs.

Sa série de gravures érotiques sur le thème de Raphaël et la Fornarina est stupéfiante de beauté et d'inventivité. A elle seule, elle ouvre plus de chemins que toute l'oeuvre d'un Combas.

Picasso a fertilisé le regard de ses contemporains et continuera longtemps à subjuguer les artistes. Warhol, Hockney ou Condo en firent leurs choux gras. Devenu une sorte de divinité à la portée des critiques d'art, il a su les envoyer paître jusqu'au bout.


Commentaires (2)
1. Aude Sugai le 12/11/2015 15:19
très inspiré des shunga !
2. catherine le 13/11/2015 14:03
mais le vagin,( sur la gravure), n'est pas au bon endroit... (un peu décalé) . Si ça se trouve, il n'a jamais su où c'était exactement ... Lol
Nouveau commentaire :